dem_2011

Prokofiev : Pierre et le loup (Lambert Wilson, récitant)

L'Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Giedre  Slekyte joue Pierre et le loup, oeuvre composée par Serge Prokofiev en  1936, avec Lambert Wilson en récitant. Concert enregistré le 15 juin  2019 à l'Auditorium de la Maison de la Radio.  

Il était une fois Serge Prokofiev, petit garçon né en Russie à l’époque  où un tsar – autrement dit un roi – la gouvernait. Ce grand pays était  très lié à la France et à sa culture, c’est pourquoi Serge apprit très  vite notre langue avec l’aide de sa nounou Louise. Il apprit tout aussi  vite à jouer du piano car sa maman Maria Grigorievna, excellente  pianiste, aimait lui faire entendre des morceaux de Beethoven et Chopin.  Il faisait preuve d’un caractère affirmé, têtu et coléreux – qu’il  garda toute sa vie –, et commença rapidement à composer. À l’âge de neuf  ans il écrivit son premier opéra, Le Géant, d’après une histoire  loufoque, puis à treize ans entra au Conservatoire de Saint-Pétersbourg.  Il donna du fil à retordre à ses professeurs car il voulait toujours  avoir raison ! Mais il obtint finalement tous ses diplômes et entama une  carrière triomphale dans le monde entier, tant comme compositeur que  comme pianiste – on disait de lui qu’il avait des doigts d’acier.  

Il voyagea aux États-Unis et en Europe, spécialement en France d’où il  écrivit un jour : « Je suis arrivé à Paris où je me plais énormément.  (…) La vivacité des Français, leur rythme de vie, leur niveau de culture  générale sont fascinants. » Il se lia d’amitié avec des musiciens  français, entre autres Francis Poulenc avec lequel il partageait des  parties de bridge ! Cette passion pour le jeu était d’ailleurs une  composante essentielle de sa personnalité : il aimait particulièrement  les échecs, la bataille navale, les patiences, le billard. De plus, ce  sportif adepte de tennis et de natation se régalait avec la cuisine  française. Grand voyageur, il demeurait cependant un Russe dans l’âme, et en mars  1936, auréolé d’une gloire internationale, il revint définitivement dans  son pays. La vie n’y était pourtant pas facile, car si les tsars en  avaient été chassés en 1917 par le peuple, une autre sorte de « roi »  avait pris le pouvoir : un certain Staline, qui se révéla très vite un  dictateur. Imposant ses idées et interdisant qu’on le désapprouve, il  opprimait les gens – même les compositeurs très connus comme Prokofiev.  Cependant ce dernier réussit tout de même à composer d’innombrables  chefs-d’œuvre – entre autres, Pierre et le loup.

Error

Anonymous comments are disabled in this journal

default userpic

Your reply will be screened

Your IP address will be recorded